Communiqué de Karim Ouchikh, conseiller de Marine Le Pen à la culture, à la francophonie et à la liberté d’expression

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, était à l’Opéra de Vienne, lundi 8 avril, où il a présenté un discours sur l’importance de la culture en Europe : « La culture a été et est le ciment qui lie l’Europe. Surtout en temps de crise, l’Union européenne, ne doit pas hésiter à investir dans la culture. » a-t-il souligné.

L’actualité dément ces propos lénifiants. Le 8 février dernier, à l’occasion de l’adoption par les chefs d’Etats etou de gouvernements des Vingt-sept de l’agenda 2014-2020, le Conseil européen a adopté dans les faits un budget en nette diminution, qui représentera moins de 1 % du PIB de l’Union européenne. En ligne de mire, les programmes d’aide communautaires qui vont être restructurés en profondeur, notamment dans leur financement : la culture n’échappera évidement à cette cure d’austérité budgétaire…

Il y a donc loin de la coupe aux lèvres. En matière culturelle comme en bien d’autres domaines, Marine Le Pen et Le Rassemblement Bleu Marine dénoncent la propension des institutions européennes à tenir ouvertement un double langage permanent, pour mieux dissimuler aux peuples de notre continent la réalité des politiques qui leur sont imposées. En somme, à Bruxelles, la technocratie européenne peut sans crainte endosser aujourd’hui ce slogan, particulièrement adapté aux circonstances : la duplicité, c’est maintenant.

Tagged with: culture • Jose Manuel Barroso • Karim Ouchikh
 

Comments are closed.